Evandre - 45 70 Nature, amour, et poésie

           

45 70 Nature, amour, et poésie (Bucolique 07 : Mélibée, Virgile)

Format pdf : Texte au format PDF

Second round; Corydon vainqueur

Second round :

Nature, amour, et poésie,


                        Corydon

Muscosi fontes, et somno mollior herba,                45
et quae vos rara viridis tegit arbutus umbra,
solstitium pecori defendite: jam venit aestas
torrida, jam lento turgent in palmite gemmae.

                        Thyrsis

Hic focus et taedae pingues, hic plurimus ignis
semper, et adsidua postes fuligine nigri;                50
hic tantum Boreae curamus frigora, quantum
aut numerum lupus aut torrentia flumina ripas.

                        Corydon

Stant et juniperi et castaneae hirsutae;
strata jacent passim sua quaeque sub arbore poma;
omnia nunc rident: at, si formosus Alexis                55
montibus his abeat, videas et flumina sicca.

                        Thyrsis

Aret ager; vitio moriens sitit aeris herba;
Liber pampineas invidit collibus umbras:
Phyllidis adventu nostrae nemus omne virebit,
Juppiter et laeto descendet plurimus imbri.                60

                        Corydon

Populus Alcidae gratissima, vitis Iaccho,
formosae myrtus Veneri, sua laurea Phoebo,
Phyllis amat corylos; illas dum Phyllis amabit,
nec myrtus vincet corylos, nec laurea Phoebi.

                        Thyrsis

Fraxinus in silvis pulcherrima, pinus in hortis,                65
populus in fluviis, abies in montibus altis:
saepius at si me, Lycida formose, revisas,
fraxinus in silvis cedat tibi, pinus in hortis.

                        Meliboeus

Haec memini, et victum frustra contendere Thyrsim.
Ex illo Corydon Corydon est tempore nobis.                70


Vocabulaire dans l’ordre du texte :

45

muscosus,a,um  : moussu

fons, fontis, m. : la source, la fontaine, l'eau (poétique); la cause, le principe

somnus, i, m. : sommeil (abl. complément de mollior)

mollis, e : mou, tendre, doux, suave, fluide, souple, flexible

vos, vestrum : vous

rarus, a, um : 1. peu serré, peu dense 2. espacé, clairsemé 3. rare 4. peu fréquent

tego, is, ere, texi, tectum : 1. couvrir, recouvrir 2. cacher, abriter 3. garantir, protéger

arbutus, i, f : l’arbousier ( arbuste au feuillage peu touffu) (construire comme s’il y avait : arbute quae vos ... etc.)

solstitium, ii, n : solstice, solstice d’été, feux du solstice

pecus, oris, n. : le bétail (pecori : datif d’intérêt après defendere : écarter de qqn, préserver qqn)

aestas, tatis, f. : été

torridus, a, um : 1. desséché, sec, aride 2. brûlant

lentus, a, um : souple, flexible, mou, apathique, indolent, impassible

turgeo,es,ere : être gonflé

palmes, itis, m : le sarment, le bois de la vigne

gemma, ae, f. : gemme, pierre précieuse ; bourgeon (de la vigne)

focus, i, m. : foyer, âtre, maison, autel

taeda, ae, f. : pin ; branche de pin ; flambeau, torche

pinguis, e : gras, graisseux, suifé (résineux ?) ; riche

plurimus, ae, a : très nombreux, très épais, abondant

ignis, is, m. : feu

50

semper, adv. : toujours

adsiduus, a, um : qui est continuellement ; qui dure sans cesse ; assidu

postis, is, m. : le montant (de porte, par où s’échappe la fumée des chaumières)

fuligo, inis, f. : la suie, la fumée noire

niger, gra, grum : noir

tantum, adv. : tant de, tellement ; seulement ; tantum ... quantum ... : autant ... que ...

Borea, ae, f. : Borée (vent du Nord)

numerus, i, m. : le nombre

lupus, i, m. : loup

torrens, entis : brûlant, torrentueux

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

juniperus,i,f : genévrier (arbuste épineux)

castanea,ae,f : châtaignier (dont les bogues sont hérissées de piquants); châtaigne

hirsutus, a, um : hérissé, hirsute, couvertes de piquants

sterno, is, ere, stravi, stratum : étendre à terre, abattre, renverser, joncher, couvrir, paver de (+ abl.). - sterni (au passif) : s'étendre pour dormir. - humi stratus : étendu à terre

jaceo, es, ere, cui, citurus : être étendu, gésir, s'étendre

passim, adv. : en s'éparpillant; en tous sens, partout

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur ;

quisque, quaeque, quidque : chacun, chaque ; sua quaeque : chaque espèce est sous l’arbre qui la produit.

arbor, oris, f. : l'arbre

pomum, i, n. : fruit

55

rideo, es, ere, risi, risum : rire, sourire, être riant

Alexis, is, m : Alexis (cf Buc 2)

mons, montis, m. : montagne

abeo, is, ire, ii, itum : s'éloigner, partir

siccus, a, um : sec

areo,es,ere,ui: être sec, être desséché, être aride

ager, agri, m. : terre, territoire, champ

vitium, ii, n. : défectuosité, tare ; vice, défaut, outrage

morior, eris, i, mortuus sum : mourir

sitio, is, ire, iui, - : avoir soif, être altéré 

aer, aeris, m. : air

Liber, eri, m  : Liber (vieille divinité latine protectrice des campagnes notamment viticoles, plus tard assimilée à Bacchus)

pampineus, a, um : fait de pampre, couvert de pampres, couvert de vigne (dans l’antiquité, la vigne est étayée par des piquets, des espaliers, ou des arbres, et fait donc de l’ombre, comme nos tonnelles)

invideo, es, ere, vidi, visum : être jaloux, envier ; envier qqch à qqn = refuser qqch à qqn

collis, is, m. : colline

adventus, us, m. : l'arrivée, la venue

nemus, oris, n. : la forêt, le bois

vireo,es,ere : être vert, verdoyer

60

Juppiter, Jovis, m : Jupiter (entre autres, dieu de la pluie ; les grecs disaient : Ζεὺς ὕει : Zeus pleut)

laetus, a, um : 1. joyeux 2. agréable 3. favorable 4. plaisant 5. riche, abondant

descendo, is, ere, di, sum : descendre ; - in certamen : en venir au combat

imber, bris, m. : la pluie

populus, i, f : peuplier (arbre consacré à Hercule)

Alcides, ae m : Alcide (= Hercule, descendant d’Alcée)

gratus, a, um : agréable, reconnaissant

vitis, is, f. : la vigne, le cep, le sarment

Iacchus, i, m. : Bacchus

Venus, neris, f. : Vénus

laurea, ae, f. : laurier

amo, as, are : aimer, être amoureux

corylus,i,f : coudrier, noisetier

vinco, is, ere, vici, victum : vaincre

65

fraxinus, i, f : le frêne

silva, ae, f. : forêt

pulcherrimus, a, um : très beau

fluvius, i, m. : courant, cours d’eau, rivière

abies, ietis, f. : le sapin

altus, a, um : haut, élevé, profond

saepius, comp. de saepe : plus souvent

Lycidas, ae, m (voc. en a): Lycidas (nom de berger)

reviso, is, ere, visi, visum : revenir pour voir, revisiter, revenir voir

cedo, is, ere, cessi, cessum : 1. aller, marcher 2. s'en aller, se retirer devant + dat. 3. aller, arriver 4. céder à, concéder

frustra, adv. : en vain

70

nos, nos, nostrum, nobis, nobis : nous


Vocabulaire alphabétique :

abeo, is, ire, ii, itum : s'éloigner, partir

abies, ietis, f. : le sapin

adsiduus, a, um : qui est continuellement ; qui dure sans cesse ; assidu

adventus, us, m. : l'arrivée, la venue

aer, aeris, m. : air

aestas, tatis, f. : été

ager, agri, m. : terre, territoire, champ

Alcides, ae m : Alcide (= Hercule, descendant d’Alcée)

Alexis, is, m : Alexis (cf Buc 2)

altus, a, um : haut, élevé, profond

amo, as, are : aimer, être amoureux

arbor, oris, f. : l'arbre

arbutus, i, f : l’arbousier ( arbuste au feuillage peu touffu)

areo,es,ere,ui: être sec, être desséché, être aride

Borea, ae, f. : Borée (vent du Nord)

castanea,ae,f : châtaignier (dont les bogues sont hérissées de piquants); châtaigne

cedo, is, ere, cessi, cessum : 1. aller, marcher 2. s'en aller, se retirer devant + dat. 3. aller, arriver 4. céder à, concéder

collis, is, m. : colline

corylus,i,f : coudrier, noisetier

descendo, is, ere, di, sum : descendre

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

fluvius, i, m. : courant, cours d’eau, rivière

focus, i, m. : foyer, âtre, maison, autel

fons, fontis, m. : la source, la fontaine, l'eau (poétique); la cause, le principe

fraxinus, i, f : le frêne

frustra, adv. : en vain

fuligo, inis, f. : la suie, la fumée noire

gemma, ae, f. : gemme, pierre précieuse ; bourgeon (de la vigne)

gratus, a, um : agréable, reconnaissant

hirsutus, a, um : hérissé, hirsute, couvertes de piquants

Iacchus, i, m. : Bacchus

ignis, is, m. : feu

imber, bris, m. : la pluie

invideo, es, ere, vidi, visum : être jaloux, envier ; envier qqch à qqn = refuser qqch à qqn

jaceo, es, ere, cui : être étendu, gésir, s'étendre

juniperus,i,f : genévrier (arbuste épineux)

Juppiter, Jovis, m : Jupiter (entre autres, dieu de la pluie ; les grecs disaient : Ζεὺς ὕει : Zeus pleut)

laetus, a, um : 1. joyeux 2. agréable 3. favorable 4. plaisant 5. riche, abondant

laurea, ae, f. : laurier

lentus, a, um : souple, flexible, mou, apathique, indolent, impassible

Liber, eri, m  : Liber (vieille divinité latine protectrice des campagnes notamment viticoles, plus tard assimilée à Bacchus)

lupus, i, m. : loup

Lycidas, ae, m (voc. en a): Lycidas (nom de berger)

mollis, e : mou, tendre, doux, suave, fluide, souple, flexible

mons, montis, m. : montagne

morior, eris, i, mortuus sum : mourir

muscosus,a,um  : moussu

nemus, oris, n. : la forêt, le bois

niger, gra, grum : noir

nos, nos, nostrum, nobis, nobis : nous

numerus, i, m. : le nombre

palmes, itis, m : le sarment, le bois de la vigne

pampineus, a, um : fait de pampre, couvert de pampres, couvert de vigne (dans l’antiquité, la vigne est étayée par des piquets, des espaliers, ou des arbres, et fait donc de l’ombre, comme nos tonnelles)

passim, adv. : en s'éparpillant; en tous sens, partout

pecus, oris, n. : le bétail

pinguis, e : gras, graisseux, suifé (résineux ?) ; riche

plurimus, ae, a : très nombreux, très épais, abondant

pomum, i, n. : fruit

populus, i, f : peuplier (arbre consacré à Hercule)

postis, is, m. : le montant (de porte)

pulcherrimus, a, um : très beau

quisque, quaeque, quidque : chacun, chaque 

rarus, a, um : 1. peu serré, peu dense 2. espacé, clairsemé 3. rare 4. peu fréquent

reviso, is, ere, visi, visum : revenir pour voir, revisiter, revenir voir

rideo, es, ere, risi, risum : rire, sourire, être riant

saepe : souvent

semper, adv. : toujours

siccus, a, um : sec

silva, ae, f. : forêt

sitio, is, ire, iui, - : avoir soif, être altéré 

solstitium, ii, n : solstice, solstice d’été, feux du solstice

somnus, i, m. : sommeil

sterno, is, ere, stravi, stratum : étendre à terre, abattre, renverser, joncher, couvrir, paver de (+ abl.). - sterni (au passif) : s'étendre pour dormir. - humi stratus : étendu à terre

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur ;

taeda, ae, f. : pin ; branche de pin ; flambeau, torche

tantum, adv. : tant de, tellement ; seulement ; tantum ... quantum ... : autant ... que ...

tego, is, ere, texi, tectum : 1. couvrir, recouvrir 2. cacher, abriter 3. garantir, protéger

torrens, entis : brûlant, torrentueux

torridus, a, um : 1. desséché, sec, aride 2. brûlant

turgeo,es,ere : être gonflé

Venus, neris, f. : Vénus

vinco, is, ere, vici, victum : vaincre

vireo,es,ere : être vert, verdoyer

vitis, is, f. : la vigne, le cep, le sarment

vitium, ii, n. : défectuosité, tare ; vice, défaut, outrage

vos, vestrum : vous


Vocabulaire par ordre de fréquence :

Fréquence 1 :

ager, agri, m. : terre, territoire, champ

altus, a, um : haut, élevé, profond

amo, as, are : aimer, être amoureux

cedo, is, ere, cessi, cessum : 1. aller, marcher 2. s'en aller, se retirer devant, s’incliner devant, céder le pas à + dat. 3. aller, arriver 4. céder à, concéder

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

ignis, is, m. : feu

jaceo, es, ere, cui : être étendu, gésir, s'étendre

laetus, a, um : 1. joyeux 2. agréable 3. favorable 4. plaisant 5. riche, abondant

mons, montis, m. : montagne

morior, eris, i, mortuus sum : mourir

nos, nos, nostrum, nobis, nobis : nous

numerus, i, m. : le nombre

pulcherrimus, a, um : très beau

saepe : souvent

semper, adv. : toujours

silva, ae, f. : forêt

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur ;

tantum, adv. : tant de, tellement ; seulement ; tantum ... quantum ... : autant ... que ...

vinco, is, ere, vici, victum : vaincre

vitium, ii, n. : défectuosité, tare ; vice, défaut, outrage

vos, vestrum : vous

Fréquence 2 :

abeo, is, ire, ii, itum : s'éloigner, partir

aer, aeris, m. : air

arbor, oris, f. : l'arbre

fons, fontis, m. : la source, la fontaine, l'eau (poétique); la cause, le principe

invideo, es, ere, vidi, visum : être jaloux, envier ; envier qqch à qqn = refuser qqch à qqn

mollis, e : mou, tendre, doux, suave, fluide, souple, flexible

quisque, quaeque, quidque : chacun, chaque 

somnus, i, m. : sommeil

plurimus, ae, a : très nombreux, très épais, abondant, en abondance

tego, is, ere, texi, tectum : 1. couvrir, recouvrir 2. cacher, abriter 3. garantir, protéger

Fréquence 3 :

adventus, us, m. : l'arrivée, la venue

collis, is, m. : colline

descendo, is, ere, di, sum : descendre

frustra, adv. : en vain

imber, bris, m. : la pluie

lentus, a, um : souple, flexible, mou, apathique, indolent, impassible

nemus, oris, n. : la forêt, le bois

niger, gra, grum : noir

pecus, oris, n. : le bétail

pomum, i, n. : fruit

rarus, a, um : 1. peu serré, peu dense 2. espacé, clairsemé 3. rare 4. peu fréquent

rideo, es, ere, risi, risum : rire, sourire, être riant

Fréquence 4 :

aestas, tatis, f. : été

passim, adv. : en s'éparpillant; en tous sens, partout

pinguis, e : gras, graisseux, suifé (résineux ?) ; riche

siccus, a, um : sec

sterno, is, ere, stravi, stratum : étendre à terre, abattre, renverser, joncher, couvrir, paver de (+ abl.). - sterni (au passif) : s'étendre pour dormir. - humi stratus : étendu à terre

vitis, is, f. : la vigne, le cep, le sarment

Ne pas apprendre :

abies, ietis, f. : le sapin

adsiduus, a, um : qui est continuellement ; qui dure sans cesse ; assidu

Alcides, ae m : Alcide (= Hercule, descendant d’Alcée)

Alexis, is, m : Alexis (cf Buc 2)

arbutus, i, f : l’arbousier ( arbuste au feuillage peu touffu)

areo,es,ere,ui: être sec, être desséché, être aride

Borea, ae, f. : Borée (vent du Nord)

castanea,ae,f : châtaignier (dont les bogues sont hérissées de piquants); châtaigne

corylus,i,f : coudrier, noisetier

fluvius, i, m. : courant, cours d’eau, rivière

focus, i, m. : foyer, âtre, maison, autel

fraxinus, i, f : le frêne

fuligo, inis, f. : la suie, la fumée noire

gemma, ae, f. : gemme, pierre précieuse ; bourgeon (de la vigne)

gratus, a, um : agréable, reconnaissant

hirsutus, a, um : hérissé, hirsute, couvert de piquants

Iacchus, i, m. : Bacchus

juniperus,i,f : genévrier (arbuste épineux)

Juppiter, Jovis, m : Jupiter (entre autres, dieu de la pluie ; les grecs disaient : Ζεὺς ὕει : Zeus pleut)

laurea, ae, f. : laurier

Liber, eri, m  : Liber (vieille divinité latine protectrice des campagnes notamment viticoles, plus tard assimilée à Bacchus)

lupus, i, m. : loup

Lycidas, ae, m (voc. en a): Lycidas (nom de berger)

muscosus,a,um  : moussu

palmes, itis, m : le sarment, le bois de la vigne

pampineus, a, um : fait de pampre, couvert de pampres, couvert de vigne (dans l’antiquité, la vigne est étayée par des piquets, des espaliers, ou des arbres, et fait donc de l’ombre, comme nos tonnelles)

populus, i, f : peuplier (arbre consacré à Hercule)

postis, is, m. : le montant (de porte)

reviso, is, ere, visi, visum : revenir pour voir, revisiter, revenir voir

sitio, is, ire, ivi, - : avoir soif, être altéré 

solstitium, ii, n : solstice, solstice d’été, feux du solstice

taeda, ae, f. : pin ; branche de pin ; flambeau, torche

torrens, entis : brûlant, torrentueux

torridus, a, um : 1. desséché, sec, aride 2. brûlant

turgeo,es,ere : être gonflé

Venus, neris, f. : Vénus

vireo,es,ere : être vert, verdoyer


Traduction au plus près du texte :

                        Corydon

Muscosi fontes, et somno mollior herba,                45
et quae vos rara viridis tegit arbutus umbra,
solstitium pecori defendite: jam venit aestas
torrida, jam lento turgent in palmite gemmae.

Fontaines moussues, herbe plus douce que le sommeil, 45

Et arbousier verdoyant qui vous couvre d’une ombre clairsemée,

Protégez le troupeau du solstice <brûlant> ; déjà vient l’été

Torride, déjà gonflent les bourgeons sur le sarment flexible.

                        Thyrsis

Hic focus et taedae pingues, hic plurimus ignis
semper, et adsidua postes fuligine nigri;                50
hic tantum Boreae curamus frigora, quantum
aut numerum lupus aut torrentia flumina ripas.

Ici, mon âtre et des branches de pin résineux, ici un feu incessant,

Toujours, et des impostes <rendus> noirs à cause d’une fumée continue ; 50

Ici nous nous soucions autant des frimas du Borée, qu’

Ou bien un loup <se soucie> du nombre <de ses proies>, ou les fleuves torrentiels de leurs rives.

                        Corydon

Stant et juniperi et castaneae hirsutae;
strata jacent passim sua quaeque sub arbore poma;
omnia nunc rident: at, si formosus Alexis                55
montibus his abeat, videas et flumina sicca.

Ils se dressent, les genévriers et les châtaigniers couverts de piquants ;

Les fruits tombés (strata) gisent partout, chacun sous son arbre ;

Tout est maintenant riant ; mais, si le bel Alexis

S’éloignait de ces montagnes, on verrait (videas) même les fleuves à sec.

                        Thyrsis

Aret ager; vitio moriens sitit aeris herba;
Liber pampineas invidit collibus umbras:
Phyllidis adventu nostrae nemus omne virebit,
Juppiter et laeto descendet plurimus imbri.                60

Il est aride, le champ ; par manque d’air, mourante, elle est asphyxiée, l’herbe ;

Liber a refusé aux collines l’ombre des pampres :

Mais (asyndète) à l’arrivée de notre Phyllis, tout le bois verdira,

Et Jupiter, en abondance, descendra avec une joyeuse averse. 60

                        Corydon

Populus Alcidae gratissima, vitis Iaccho,
formosae myrtus Veneri, sua laurea Phoebo,
Phyllis amat corylos; illas dum Phyllis amabit,
nec myrtus vincet corylos, nec laurea Phoebi.

Le peuplier <est> très cher à Alcide, la vigne, à Bacchus,

A la belle Vénus, le myrte, son laurier à Phébus,

Mais (asyndète) Phyllis aime les coudriers ; tant que Phyllis les aimera,

Ni le myrte ne l’emportera sur les coudriers, ni les lauriers de Phébus.

                        Thyrsis

Fraxinus in silvis pulcherrima, pinus in hortis,                65
populus in fluviis, abies in montibus altis:
saepius at si me, Lycida formose, revisas,
fraxinus in silvis cedat tibi, pinus in hortis.

Le frêne, dans les forêts, <est> le plus beau, le pin dans les jardins, 65

Le peupliers sur les fleuves, le sapin sur les montagnes élevées :

Pourtant, si, beau Lycidas, te revenais me voir plus souvent,

Le frêne dans les forêts, le pin dans les jardins s’inclineraient devant toi.


                        Meliboeus

Haec memini, et victum frustra contendere Thyrsim.
Ex illo Corydon Corydon est tempore nobis.                70

Je me souviens de ces <paroles>, et que vaincu, en vain Thyrsis <tente> de concourir.

Depuis ce temps-là, pour nous, Corydon est Corydon ! 70


Comparaison de traductions :

v45-60

« Traduction » de Paul Valéry (1944)

CORYDON

Font moussue, herbe tendre et plus douce qu’un somme,

Arbousier verdoyant qui donnez un peu d’ombre,

Protégez mon troupeau des ardeurs du solstice ;

L’été torride vient et les sarments bourgeonnent.

THYRSIS

Ici, torches de suif, ici toujours grand feu,

Et des portes toujours noires de sale suie,

Nous nous moquons autant du vent froid que le loup

Du nombre des brebis, le torrent de ses rives.

CORYDON

Ici du genièvre et des marrons hirsutes ;

Sous chaque arbre, ses fruits, çà et là, sont tombés ;

Tout nous rit à présent ; mais qu’Alexis le bel

Déserte la montagne, et tout sèche, et les fleuves.

THYRSIS

La campagne est aride et l’herbe meurt de soif,

Bacchus à nos coteaux n’accorde point leurs pampres ;

Mais nous vienne Phyllis, et nos bois verdiront,

Jupiter généreux versant joyeuse ondée.


Jean Bayet, Littérature latine, Armand Colin 1969 p 201 :

CORYDON.- Sources moussues dans l’herbe plus douce que le sommeil, et toi, vert arbousier qui disperses sur elles ton ombre, protégez mon troupeau contre les feux du solstice ; le voici qui arrive, l’été torride, et déjà sur la vigne souple se gonflent les bourgeons.

THYRSIS .- J’ai un foyer, des bûches résineuses ; j’ai un grand feu qui ne s’éteint pas et constamment noircit de suie les montants de ma porte. Que Borée vienne avec ses froids, je m’en soucie autant que le loup du nombre des brebis ou que de ses rives s’occupe le fleuve torrentiel.

CORYDON.- Les genévriers se dressent, les châtaigniers se hérissent ; chaque arbre jonche la terre de ses fruits. Toutes choses rient aujourd’hui ; mais si le bel Alexis quittait nos montagnes, tu verrais tarir jusqu’aux fleuves.

THYRSIS .- La terre est sèche ; l’air pesant altère et fait mourir les prés. Mais l’arrivée de Phyllis fera reverdir la forêt ; et Jupiter, en pluie féconde, descendra à flots.



v61-68

« Traduction » de Paul Valéry (1944)

CORYDON

Ô peuplier d’Hercule, ô vigne de Bacchus,

Ô myrte de Vénus, ô laurier d’Apollon,

Tant que les coudriers plairont à ma Phyllis,

Ni myrte, ni laurier ne prévaudront sur eux.

THYRSIS

Si beaux soient aux jardins le pin, le frêne aux bois,

Le sapin sur les monts, le peuplier aux rives

Ô mon beau Lycidas, reviens-moi plus souvent

Et le frêne et le pin devront te le céder.

Jean Paul Brisson, Virgile, son temps et le nôtre, ed Maspero, textes à l’appui, 1966

(op cit p 72):

CORYDON, - « Le peuplier est cher au fils d’Alcée, la vigne à Iacchos, le myrte à la belle Vénus et à Phoebus le laurier qui lui est consacré ; mais Phyllis aime les coudriers : tant que Phyllis les aimera, le myrte ne l’emportera pas sur les coudriers ni non plus le laurier de Phoebus. »

THYRSIS , - « Le frêne est l’ornement des bois, le pin celui des jardins, le peuplier celui des fleuves, le sapin celui des hautes montagnes : mais si, beau Lycidas, tu viens me visiter souvent, alors, que le frêne te cède le pas dans les bois, le pin dans les jardins. »



Mots de liaisons


amour Aphrodite Vénus Apollon/Phoebus arbre automne Bacchus/Dionysos eau été fleuve hiver

Valid XHTML 1.0!