Evandre - 01 30 Les malheurs de Gallus

           

01 30 Les malheurs de Gallus (Bucolique 10 Gallus, Virgile)

Format pdf : Texte au format PDF

Invocation à la muse

Bucolique 10

vers 1-30


Gallus inconsolable


Extremum hunc, Arethusa, mihi concede laborem. 1

Pauca meo Gallo, sed quae legat ipsa Lycoris,

carmina sunt dicenda : neget quis carmina Gallo?

Sic tibi, cum fluctus subterlabere Sicanos,

Doris amara suam non intermisceat undam ! 5

Incipe ; sollicitos Galli dicamus amores,

dum tenera attondent simae virgulta capellae.

Non canimus surdis ; respondent omnia silvae.

Quae nemora aut qui vos saltus habuere, puellae

Naides, indigno cum Gallus amore peribat? 10

Nam neque Parnasi vobis juga, nam neque Pindi

ulla moram fecere, neque Aonie Aganippe.

Illum etiam lauri, etiam flevere myricae ;

pinifer illum etiam sola sub rupe jacentem

Maenalus et gelidi fleverunt saxa Lycaei. 15

Stant et oves circum (nostri nec paenitet illas,

nec te paeniteat pecoris, divine poeta:

et formosus oves ad flumina pavit Adonis).

Venit et upilio; tardi venere subulci ;

uvidus hiberna venit de glande Menalcas. 20

Omnes : « Unde amor iste » rogant « tibi? » Venit Apollo:

« Galle, quid insanis? » inquit. « Tua cura Lycoris

perque nives alium perque horrida castra secuta est. »

Venit et agresti capitis Silvanus honore,

florentes ferulas et grandia lilia quassans. 25

Pan deus Arcadiae venit, quem vidimus ipsi

sanguineis ebuli bacis minioque rubentem.

« Ecquis erit modus? » inquit. « Amor non talia curat ;

nec lacrimis crudelis Amor, nec gramina rivis,

nec cytiso saturantur apes, nec fronde capellae. » 30



Vocabulaire dans l’ordre du texte :

1

extremus, a, um : dernier

hic, haec, hoc : ce, cette, celui-ci, celle-ci

Arethusa, ae, f. : Arethuse, nymphe de la fontaine de ce nom, à Syracuse, patrie de Théocrite ; d’après la légende, cette nymphe de la région d’Olympie, poursuivie par le fleuve Alphée se serait enfuie en traversant la mer sans mêler son eau douce à l’eau salée jusqu’à Syracuse ; d’où les vers 4-5.

ego, me, mei, mihi, me : moi, je

concedo, is, ere, cessi, cessum : 1. s'en aller, se retirer 2. abandonner, concéder, permettre, admettre, renoncer à, pardonner

labor, oris, m. : peine, souffrance, effort, travail pénible

pauci, ae, a : pl. peu de ( pauca ... carmina)

meus, mea, meum : mon, mon cher

Gallus, i, m. : Gallus (C. Cornelius Gallus, né à Fréjus vers 70 av JC, poète, homme politique, et général romain ; ses 4 livres des Amores sont inspirés par sa passion pour Lycoris ; en 37 av JC, il guerroyait en Italie)

sed, conj. : mais

qui, quae, quod : qui ; + subjonctif de but, ici, ou d’intensité (tels que ...)

lego, is, ere, legi, lectum : cueillir, choisir, lire

ipse, ipsa, ipsum : même (moi-même, toi-même, etc.)

Lycoris, idis, f : Lycoris, affranchie aimée par Gallus, visiblement volage...

carmen, minis, n. : poème, incantation

dico, is, ere, dixi, dictum : dire, prononcer, chanter

nego, as, are : nier, refuser

quis, quae, quid : qui ? quoi ?

sic, adv. : ainsi , à cette condition (avec subjonctif de souhait ; la condition sera énoncée v 6-7)

tu, te, tui, tibi, te : toi, tu

cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : comme, alors que, bien que, puisque

fluctus, us, m. : flot

subter-labor, laberis, labi, lapsus sum : couler sous + acc (subterlabere : 2ème p sg pr ind)

Sicanus,a, um : sicanien , sicilien (la Sicanie est l’ancien nom de la Sicile) ; (i bref, a long)

Doris, idis, f. : Doris ; fille d’Océan, et femme de Nérée ; mère des Néréides ; personnifie ici la mer.

amarus, a, um : amer

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur

non, neg. : ne...pas

inter-misceo, es, ere, miscui, mixtum : mêler, mélanger

unda, ae, f. : l'onde, l'eau, le flot

5

incipio, is, ere, cepi, ceptum : commencer

sollicitus, a, um : inquiet, soucieux, qui rend soucieux

amor, oris, m. : amour

dum, conj. : 1. + ind. = pendant que, jusqu'à ce que 2. + subj. : pourvu que, le temps suffisant pour que

tener, era, erum : tendre

ad-tondeo (attondeo),es,ere,tondi, tonsum : tondre, brouter

simus,a,um : camard, camus, au nez aplati

virgulta, orum n pl: les petites branches, les jeunes pousses ; les broussailles, les ronces

capella, ae, f. : petite chèvre, chevrette

cano, is, ere, cecini, cantum : 1. chanter, résonner, retentir 2. prédire, prophétiser 3. jouer d'un instrument de musique

surdus, a, um : sourd (datif de destination)

respondeo, es, ere, di, sum : répondre, faire une réponse, répercuter

omnis, e : tout

silva, ae, f. : forêt

qui, quae, quod : interr. quel ? lequel ?

nemus, oris, n. : la forêt, le bois, le bocage

aut, conj. : ou, ou bien

vos, vos, vestrum, vobis, vobis : vous

saltus, us, m. : les pâturages, les gorges, les défilés

habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir (se habere : se trouver, être), retenir, considérer comme

puella, ae, f. : fille, jeune fille


10

nais, idis, f. : naïade (nymphe des fontaines et des rivières)

indignus, a, um : indigne, injuste, inapproprié (car non payé de retour)

cum est ici post-posé

pereo, is, ire, ii, itum : périr

nam, conj. : de fait, voyons, car, en effet

nec, neque : = et non; et ne pas ; répété : ni ... ni ...

Parnasus,i, m : Le Parnasse, montagne de Phocide à double cime, consacrée à Apollon

jugum, i, n. : 1. le joug, 2. l'attelage 3. les liens, 4. la cime, la hauteur

Pindus, i, m. : le Pinde (montagne de Thrace, séjour des Muses)

ullus, a, um : un seul ; remplace nullus dans une tournure négative (ulla s.e. juga)

mora, ae, f. : délai, retard, obstacle

facio, is, ere, feci, factum : faire

Aonius, a, um : d'Aonie (nom mythique de la Béotie, région située au nord de l’Attique). Aonie = Aonia ( le e est long, transcrit du êta grec, forme ionienne de nominatif )

Aganippe, es, f : Aganippe, source de l’Hélicon, montagne consacrée aux Muses

ille, illa, illud : ce, cette, celui-là, celle-là (laudatif ici ; désigne Gallus)

etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus

laurus, i, f. : laurier, plante consacrée à Apollon

fleo, es, ere, flevi, fletum : pleurer

myrica, ae f : le tamaris (plante consacrée à Apollon, plus humble que le laurier)

pini-fer, fera, ferum : qui porte ou produit des pins, chargé de pins, couvert de pins

solus, a, um : seul, solitaire

sub, prép. : + Abl. : sous

rupes, is, f. : la paroi de rocher, la falaise, l'antre, la caverne

jaceo, es, ere, cui : être étendu, s'étendre


15

Maenalus,i m : le Ménale, montagne d’Arcadie où les bergers invoquaient le dieu Pan

gelidus, a, um : gelé, glacé

saxum, pierre, rocher, roche,roc

Lycaeus, i, m : le Lycée, montagne d’Arcadie consacrée au dieu Pan

sto, as, are, steti, statum : se tenir debout, se tenir immobile

ovis, is, f. : brebis, mouton

circum, adv. : à l'entour ; prép. acc. : autour de

nos, nos, nostri, nobis, nobis : nous

paeniteo, es, ere, ui : se repentir ; me paenitet + gén ou prop. inf. je me repens de..., j’ai honte de ...

pecus, oris, n. : le troupeau, le petit bétail,

divinus, a, um : divin

poeta, ae, m. : poète

et : et, et aussi, aussi,même

formosus, a, um : beau

ad, prép. + Acc. : vers, à, près de

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

pasco,is, ere, pavi, pastum : mener paître

Adonis, idis, m : Adonis, jeune berger si beau qu’il suscita, vivant, l’amour d’Aphrodite, et, mort, celui de Perséphone.

venio, is, ire, veni, ventum : venir (venio : e court ; veni : e long)

upilio, onis, m : le berger

tardus, a, um : lent, mou, stupide

subulcus,i, m : le porcher, le gardien de porcs


20

uvidus, a um : mouillé, trempé, humide

hibernus, a, um : d'hiver, hivernal

de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de, par suite de

glans, glandis, f. : le gland (fruit du chêne ; conservés dans l’eau, ils étaient donnés en nourriture aux boeufs)

Menalcas, ae, m : Ménalque (nom de bouvier)

unde, adv. : d'où?

iste, a, ud : ce, cette ; celui-ci, celle-ci

rogo, as, are : demander

Apollo, inis, m. : Apollon

quid, inv. : pourquoi ?

insanio, is, ire, ivi, itum : être fou, insensé, être pris de folie

inquit, vb. inv. : dit-il, dit-elle

tuus, a, um : ton

cura, ae, f. : soin, souci ; objet de tes soins, passion

per, prép. : + Acc. : à travers, par

nix, nivis, f. : neige

alius, a, ud : autre, un autre

horridus, a, um : âpre, sauvage, rébarbatif, terrible

castra, orum, n. pl. : camp militaire

sequor, eris, i, secutus sum : 1. suivre 2. poursuivre 3. venir après 4. tomber en partage

agrestis, e : relatif aux champs, agreste, rustique

caput, itis, n. :1. la tête 2. l'extrémité 3. la personne 4. la vie, l'existence 5. la capitale

Silvanus, i, m : Silvain, dieu qui a l’apparence d’un faune, couronné de fleurs qu’il agite au vent, et qui protège bergers et troupeaux.

honos, oris, m. : l'honneur, l'hommage (ablatif de qualification : avec ...), la charge, la magistrature, les honoraires


25

florens, entis : en fleur, brillant, éclatant, heureux

ferula, ae, f : férule, baguette , tige

grandis, e : grand

lilium,i n : le lis

quasso, as, are : secouer, agiter fortement, ébranler

Pan, Panos, m : Pan, dieu musicien (cf la flûte de Pan) protecteur des bergers, souvent représenté barbouillé de rouge, pour chasser le mauvais oeil. Il est très rare qu’il se laisse voir aux humains.

deus, i, m. : le dieu

Arcadia, ae, f. : Arcadie

video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)

sanguineus, a, um : sanglant

ebulum,i,n : l’hièble, variété de sureau qui produit des baies violettes

baca, ae, f. : petit fruit, baie

minium,ii,n : minium, vermillon, cinabre

rubeo, es, ere, rubui : être rouge

ecquis, pron. : est-ce que quelqu'un... ?

sum, es, esse, fui : être ; est : il y a

modus, i, m. : mesure, limite (s.e. dolori tuo) , manière

talis, e : tel ; talis... qualis : tel...que

curo, as, are : se charger de, prendre soin de, se soucier de, avoir cure de

lacrima, ae, f. : larme

crudelis, e : cruel

gramen, inis, n. : gazon, herbe

rivus, i, m. : ruisseau, rivière, canal


30

cytisum,i, m : le cytise, arbrisseau aux fleurs jaunes, en grappes

saturo, as, are, avi, atum : rassasier, repaître, saturer

apis, is, f. : abeille

frons, frondis, f. : feuillage



Vocabulaire alphabétique :


ad, prép. + Acc. : vers, à, près de

Adonis, idis, m : Adonis, jeune berger si beau qu’il suscita, vivant, l’amour d’Aphrodite, et mort, celui de Perséphone.

ad-tondeo (attondeo),es,ere,tondi, tonsum : tondre, brouter

Aganippe, es, f : Aganippe, source de l’Hélicon, montagne consacrée aux Muses

agrestis, e : relatif aux champs, agreste, rustique

alius, a, ud : autre, un autre

amarus, a, um : amer

amor, oris, m. : amour

Aonius, a, um : d'Aonie (nom mythique de la Béotie, région située au nord de l’Attique)

apis, is, f. : abeille

Apollo, inis, m. : Apollon

Arcadia, ae, f. : Arcadie

Arethusa, ae, f. : Aréthuse, nymphe de la fontaine de ce nom, à Syracuse, patrie de Théocrite ; d’après la légende, cette nymphe de la région d’Olympie, poursuivie par le fleuve Alphée se serait enfuie en traversant la mer sans mêler son eau douce à l’eau salée jusqu’à Syracuse ; d’où les vers 4-5.

aut, conj. : ou, ou bien

baca, ae, f. : petit fruit, baie

cano, is, ere, cecini, cantum : 1. chanter, résonner, retentir 2. prédire, prophétiser 3. jouer d'un instrument de musique

capella, ae, f. : petite chèvre, chevrette

caput, itis, n. :1. la tête 2. l'extrémité 3. la personne 4. la vie, l'existence 5. la capitale

carmen, minis, n. : poème, incantation

castra, orum, n. pl. : camp militaire

circum, adv. : à l'entour ; prép. acc. : autour de

concedo, is, ere, cessi, cessum : 1. s'en aller, se retirer 2. abandonner, concéder, permettre, admettre, renoncer à, pardonner

crudelis, e : cruel

cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : comme, alors que, bien que, puisque

cura, ae, f. : soin, souci ; objet de tes soins, passion

curo, as, are : se charger de, prendre soin de, se soucier de, avoir cure de

cytisum,i, m : le cytise, arbrisseau aux fleurs jaunes, en grappes

de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de

deus, i, m. : le dieu

dico, is, ere, dixi, dictum : dire, prononcer, chanter

divinus, a, um : divin

Doris, idis, f. : Doris ; fille d’Océan, et femme de Nérée ; mère des Néréides ; personnifie ici la mer.

dum, conj. : 1. + ind. = pendant que, jusqu'à ce que 2. + subj. : pourvu que, le temps suffisant pour que

ebulum,i,n : l’hièble, variété de sureau qui produit des baies violettes

ecquis, pron. : est-ce que quelqu'un... ?

ego, me, mei, mihi, me : moi, je

et : et, et aussi, aussi, même

etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus

extremus, a, um : dernier

facio, is, ere, feci, factum : faire

ferula, ae, f : férule, baguette , tige

fleo, es, ere, flevi, fletum : pleurer

florens, entis : en fleur, brillant, éclatant, heureux

fluctus, us, m. : flot

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

formosus, a, um : beau

frons, frondis, f. : feuillage

Gallus, i, m. : Gallus (C. Cornelius Gallus, né à Fréjus vers 70 av JC, poète, homme politique, et général romain ; ses 4 livres des Amores sont inspirés par sa passion pour Lycoris ; en 37 av JC, il guerroyait en Italie)

gelidus, a, um : gelé, glacé

glans, glandis, f. : le gland (fruit du chêne ; conservés dans l’eau, les glands étaient donnés en nourriture aux boeufs)

gramen, inis, n. : gazon, herbe

grandis, e : grand

habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir (se habere : se trouver, être), retenir, considérer comme

hibernus, a, um : d'hiver, hivernal

hic, haec, hoc : ce, cette, celui-ci, celle-ci

honos, oris, m. : l'honneur, l'hommage , la charge, la magistrature, les honoraires

horridus, a, um : âpre, sauvage, rébarbatif, terrible

ille, illa, illud : ce, cette, celui-là, celle-là

incipio, is, ere, cepi, ceptum : commencer

indignus, a, um : indigne

inquit, vb. inv. : dit-il, dit-elle

insanio, is, ire, ivi, itum : être fou, insensé, être pris de folie

inter-misceo, es, ere, miscui, mixtum : mêler, mélanger

ipse, ipsa, ipsum : même (moi-même, toi-même, etc.)

iste, a, ud : ce, cette ; celui-ci, celle-ci

jaceo, es, ere, cui : être étendu, s'étendre

jugum, i, n. : 1. le joug, 2. l'attelage 3. les liens, 4. la cime, la hauteur

labor, oris, m. : peine, souffrance, effort, travail pénible

lacrima, ae, f. : larme

laurus, i, f. : laurier, plante consacrée à Apollon

lego, is, ere, legi, lectum : cueillir, choisir, lire

lilium,i n : le lis

Lycaeus, i, m : le Lycée, montagne d’Arcadie consacrée au dieu Pan

Lycoris, idis, f : Lycoris, affranchie aimée par Gallus, visiblement volage...

Maenalus,i m : le Ménale, montagne d’Arcadie où les bergers invoquaient le dieu Pan

Menalcas, ae, m : Ménalque (nom de bouvier)

meus, mea, meum : mon, mon cher

minium,ii,n : minium, vermillon, cinabre

modus, i, m. : mesure, limite, manière

mora, ae, f. : délai, retard, obstacle

myrica, ae f : le tamaris (plante consacrée à Apollon, plus humble que le laurier)

nais, idis, f. : naïade (nymphe des fontaines et des rivières)

nam, conj. : de fait, voyons, car, en effet

nec, neque : = et non; et ne pas ; répété : ni ... ni ...

nego, as, are : nier, refuser

nemus, oris, n. : la forêt, le bois, le bocage

nix, nivis, f. : neige

non, neg. : ne...pas

nos, nos, nostri, nobis, nobis : nous

omnis, e : tout

ovis, is, f. : brebis, mouton

paeniteo, es, ere, ui : se repentir ; me paenitet + gén ou prop. inf. je me repens de..., j’ai honte de ...

Pan, Panos, m : Pan, dieu musicien (cf la flûte de Pan) protecteur des bergers, souvent représenté barbouillé de rouge, pour chasser le mauvais oeil. Il est très rare qu’il se laisse voir aux humains.

Parnasus,i, m : Le Parnasse, montagne de Phocide à double cime, consacrée à Apollon

pasco,is, ere, pavi, pastum : mener paître

pauci, ae, a : pl. peu de

pecus, oris, n. : le bétail

per, prép. : + Acc. : à travers, par

pereo, is, ire, ii, itum : périr

Pindus, i, m. : le Pinde (montagne de Thrace, séjour des Muses)

pini-fer, fera, ferum : qui porte ou produit des pins, chargé de pins, couvert de pins

poeta, ae, m. : poète

puella, ae, f. : fille, jeune fille

quasso, as, are : secouer, agiter fortement, ébranler

qui, quae, quod : interr. quel ? lequel ?

qui, quae, quod : qui

quid, inv. : pourquoi ?

quis, quae, quid : qui ? quoi ?

respondeo, es, ere, di, sum : répondre, faire une réponse, répercuter

rivus, i, m. : ruisseau, canal

rogo, as, are : demander

rubeo, es, ere, rubui : être rouge

rupes, is, f. : la paroi de rocher, l'antre, la caverne

saltus, us, m. : les pâturages boisés, les gorges, les défilés

sanguineus, a, um : sanglant

saturo, as, are, avi, atum : rassasier, repaître, saturer

saxum, pierre, rocher, roche

sed, conj. : mais

sequor, eris, i, secutus sum : 1. suivre 2. poursuivre 3. venir après 4. tomber en partage

sic, adv. : ainsi , à cette condition (avec subjonctif de souhait )

Sicanus,a, um : sicanien , sicilien (la Sicanie est l’ancien nom de la Sicile) ; (i bref, a long)

silva, ae, f. : forêt

Silvanus, i, m : Silvain, dieu qui a l’apparence d’un faune, couronné de fleurs qu’il agite au vent, et qui protège bergers et troupeaux.

simus,a,um : camard, camus, au nez aplati

sollicitus, a, um : inquiet, soucieux, qui rend soucieux

solus, a, um : seul, solitaire

sto, as, are, steti, statum : se tenir debout

sub, prép. : + Abl. : sous

subter-labor, laberis, labi, lapsus sum : couler sous + acc (subterlabere : 2ème p sg)

subulcus,i, m : le porcher, le gardien de porcs

sum, es, esse, fui : être ; est : il y a

surdus, a, um : sourd

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur

talis, e : tel ; talis ... qualis : tel.. que

tardus, a, um : lent, mou, stupide

tener, era, erum : tendre

tu, te, tui, tibi, te : toi, tu

tuus, a, um : ton

ullus, a, um : un seul ; remplace nullus dans une tournure négative

unda, ae, f. : l'onde, l'eau, le flot

unde, adv. : d'où?

venio, is, ire, veni, ventum : venir (venio : e court ; veni : e long)

video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)

upilio, onis, m : le berger

uvidus, a um : mouillé, trempé, humide,

virgulta, orum n pl: les petites branches, les jeunes pousses ; les broussailles, les ronces

vos, vos, vestrum, vobis, vobis : vous


Vocabulaire par ordre de fréquence :

fréquence 1 :

ad, prép. + Acc. : vers, à, près de

alius, a, ud : autre, un autre

amor, oris, m. : amour

aut, conj. : ou, ou bien

caput, itis, n. :1. la tête 2. l'extrémité 3. la personne 4. la vie, l'existence 5. la capitale

carmen, minis, n. : poème, incantation

castra, orum, n. pl. : camp militaire

cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : comme, alors que, bien que, puisque

cura, ae, f. : soin, souci ; objet de tes soins, passion

de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de

deus, i, m. : le dieu

dico, is, ere, dixi, dictum : dire, prononcer, chanter

dum, conj. : 1. + ind. = pendant que, jusqu'à ce que 2. + subj. : pourvu que, le temps suffisant pour que

ego, me, mei, mihi, me : moi, je

et : et, et aussi, aussi, même

etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus

facio, is, ere, feci, factum : faire

flumen, inis, n. : cours d'eau, fleuve, rivière

habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir (se habere : se trouver, être), retenir, considérer comme

hic, haec, hoc : ce, cette, celui-ci, celle-ci

honos, oris, m. : l'honneur, l'hommage , la charge, la magistrature, les honoraires

ille, illa, illud : ce, cette, celui-là, celle-là

inquit, vb. inv. : dit-il, dit-elle

ipse, ipsa, ipsum : même (moi-même, toi-même, etc.)

iste, a, ud : ce, cette ; celui-ci, celle-ci

jaceo, es, ere, cui : être étendu, s'étendre

labor, oris, m. : peine, souffrance, effort, travail pénible

meus, mea, meum : mon, mon cher

modus, i, m. : mesure, limite, manière

nam, conj. : de fait, voyons, car, en effet

nec, neque : = et non; et ne pas ; répété : ni ... ni ...

nego, as, are : nier, refuser

non, neg. : ne...pas

nos, nos, nostri, nobis, nobis : nous

omnis, e : tout

per, prép. : + Acc. : à travers, par

pereo, is, ire, ii, itum : périr

puella, ae, f. : fille, jeune fille

qui, quae, quod : interr. quel ? lequel ?

qui, quae, quod : qui

quid, inv. : pourquoi ?

quis, quae, quid : qui ? quoi ?

sed, conj. : mais

sequor, eris, i, secutus sum : 1. suivre 2. poursuivre 3. venir après 4. tomber en partage

sic, adv. : ainsi , à cette condition (avec subjonctif de souhait )

solus, a, um : seul, solitaire

sto, as, are, steti, statum : se tenir debout

sub, prép. : + Abl. : sous

sum, es, esse, fui : être ; est : il y a

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur

talis, e : tel ; ... qualis : tel.. que

tu, te, tui, tibi, te : toi, tu

tuus, a, um : ton

ullus, a, um : un seul ; remplace nullus dans une tournure négative (ulla s.e. juga)

unda, ae, f. : l'onde, l'eau, le flot

unde, adv. : d'où?

venio, is, ire, veni, ventum : venir (venio : e court ; veni : e long)

video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)

vos, vos, vestrum, vobis, vobis : vous


fréquence 2 :

cano, is, ere, cecini, cantum : 1. chanter, résonner, retentir 2. prédire, prophétiser 3. jouer d'un instrument de musique

circum, adv. : à l'entour ; prép. acc. : autour de

concedo, is, ere, cessi, cessum : 1. s'en aller, se retirer 2. abandonner, concéder, permettre, admettre, renoncer à, pardonner

curo, as, are : se charger de, prendre soin de, se soucier de, avoir cure de

fleo, es, ere, flevi, fletum : pleurer

frons, frondis, f. : feuillage

incipio, is, ere, cepi, ceptum : commencer

jugum, i, n. : 1. le joug, 2. l'attelage 3. les liens, 4. la cime, la hauteur

lacrima, ae, f. : larme

lego, is, ere, legi, lectum : cueillir, choisir, lire

mora, ae, f. : délai, retard, obstacle

respondeo, es, ere, di, sum : répondre, faire une réponse, répercuter

rogo, as, are : demander

saxum, pierre, rocher, roche

tener, era, erum : tendre

fréquence 3 :

apis, is, f. : abeille

divinus, a, um : divin

formosus, a, um : beau

grandis, e : grand

nemus, oris, n. : la forêt, le bois, le bocage

pauci, ae, a : pl. peu de

pecus, oris, n. : le bétail

rubeo, es, ere, rubui : être rouge

sollicitus, a, um : inquiet, soucieux, qui rend soucieux

tardus, a, um : lent, mou, stupide


fréquence 4 :

crudelis, e : cruel

gelidus, a, um : gelé, glacé

horridus, a, um : âpre, sauvage, rébarbatif, terrible

indignus, a, um : indigne

nix, nivis, f. : neige

poeta, ae, m. : poète

rupes, is, f. : la paroi de rocher, la falaise, l'antre, la caverne

saltus, us, m. : les pâturages boisés, les gorges, les défilés


ne pas apprendre :

Adonis, idis, m : Adonis, jeune berger si beau qu’il suscita, vivant, l’amour d’Aphrodite, et mort, celui de Perséphone.

ad-tondeo (attondeo),es,ere,tondi, tonsum : tondre, brouter

Aganippe, es, f : Aganippe, source de l’Hélicon, montagne consacrée aux Muses

agrestis, e : relatif aux champs, agreste, rustique

amarus, a, um : amer

Aonius, a, um : d'Aonie (nom mythique de la Béotie)

Apollo, inis, m. : Apollon

Arcadia, ae, f. : Arcadie

Arethusa, ae, f. : Aréthuse, nymphe de la fontaine de ce nom, à Syracuse, patrie de Théocrite ; d’après la légende, cette nymphe de la région d’Olympie, poursuivie par le fleuve Alphée se serait enfuie en traversant la mer sans mêler son eau douce à l’eau salée jusqu’à Syracuse ; d’où les vers 4-5.

baca, ae, f. : petit fruit, baie

capella, ae, f. : petite chèvre, chevrette

cytisum,i, m : le cytise, arbrisseau aux fleurs jaunes, en grappes

Doris, idis, f. : Doris ; fille d’Océan, et femme de Nérée ; mère des Néréides ; personnifie ici la mer.

ebulum,i,n : l’hièble, variété de sureau qui produit des baies violettes

ecquis, pron. : est-ce que quelqu'un... ?

extremus, a, um : dernier

ferula, ae, f : férule, baguette , tige

florens, entis : en fleur, brillant, éclatant, heureux

fluctus, us, m. : flot

Gallus, i, m. : Gallus (C. Cornelius Gallus, né à Fréjus vers 70 av JC, poète, homme politique, et général romain ; ses 4 livres des Amores sont inspirés par sa passion pour Lycoris ; en 37 av JC, il guerroyait en Italie)

glans, glandis, f. : le gland (fruit du chêne ; conservés dans l’eau, ils étaient donnés en nourriture aux boeufs)

gramen, inis, n. : gazon, herbe

hibernus, a, um : d'hivers, hivernal

insanio, is, ire, iui, itum : être fou, insensé, être pris de folie

inter-misceo, es, ere, miscui, mixtum : mêler, mélanger

laurus, i, f. : laurier, plante consacrée à Apollon

lilium,i n : le lis

Lycaeus, i, m : le Lycée, montagne d’Arcadie consacrée au dieu Pan

Lycoris, idis, f : Lycoris, affranchie aimée par Gallus, visiblement volage...

Maenalus,i m : le Ménale, montagne d’Arcadie où les bergers invoquaient le dieu Pan

Menalcas, ae, m : Ménalque (nom de bouvier)

minium,ii,n : minium, vermillon, cinabre

myrica, ae f : le tamaris (plante consacrée à Apollon, plus humble que le laurier)

nais, idis, f. : naïade (nymphe des fontaines et des rivières)

ovis, is, f. : brebis, mouton

paeniteo, es, ere, ui : se repentir ; me paenitet + gén ou prop. inf. je me repens de..., j’ai honte de ...

Pan, Panos, m : Pan, dieu musicien (cf la flûte de Pan) protecteur des bergers, souvent représenté barbouiilé de rouge, pour chasser le mauvais oeil. Il est très rare qu’il se laisse voir aux humains.

Parnasus,i, m : Le Parnasse, montagne de Phocide à double cime, consacrée à Apollon

pasco,is, ere, pavi, pastum : mener paître

Pindus, i, m. : le Pinde (montagne de Thrace, séjour des Muses)

pini-fer, fera, ferum : qui porte ou produit des pins, chargé de pins, couvert de pins

quasso, as, are : secouer, agiter fortement, ébranler

rivus, i, m. : ruisseau, canal

sanguineus, a, um : sanglant

saturo, as, are, avi, atum : rassasier, repaître, saturer

Sicanus,a, um : sicanien , sicilien (la Sicanie est l’ancien nom de la Sicile) ; (i bref, a long)

Silvanus, i, m : Silvain, dieu qui a l’apparence d’un faune, couronné de fleurs qu’il agite au vent, et qui protège bergers et troupeaux.

simus,a,um : camard, camus, au nez aplati

subter-labor, laberis, labi, lapsus sum : couler sous + acc (subterlabere : 2ème p sg)

subulcus,i, m : le porcher, le gardien de porcs

surdus, a, um : sourd

upilio, onis, m : le berger

uvidus, a um : mouillé, trempé, humide,

virgulta, orum n pl: les petites branches, les jeunes pousses ; les broussailles, les ronces


Gallus inconsolable (Buc X, v 1-30)

Traduction au plus près du texte


Extremum hunc, Arethusa, mihi concede laborem. 1

Pauca meo Gallo, sed quae legat ipsa Lycoris,

carmina sunt dicenda : neget quis carmina Gallo?

Sic tibi, cum fluctus subterlabere Sicanos,

Doris amara suam non intermisceat undam ! 5

Incipe ; sollicitos Galli dicamus amores,

dum tenera attondent simae virgulta capellae.

Non canimus surdis ; respondent omnia silvae.


Permets-moi, Aréthuse, ce dernier effort .

Pour mon cher Gallus, peu de vers (carmina), mais <des vers> que puisse lire Lycoris en personne,

doivent être prononcés : <mais> qui refuserait des vers à Gallus ?

Qu’à cette condition , à toi, lorsque tu te glisses sous les flots Sicaniens,

l’amère Doris ne mélange pas son eau ! 5

Commence ; chantons les amours inquiets de Gallus,

pendant que les chevrettes camuses broutent de tendres pousses.

Nous ne chantons pas pour des sourds ; les forêts répercutent (répondent à) tous <nos vers>.


Quae nemora aut qui vos saltus habuere, puellae

Naides, indigno cum Gallus amore peribat? 10

Nam neque Parnasi vobis juga, nam neque Pindi

ulla moram fecere, neque Aonie Aganippe.

Illum etiam lauri, etiam flevere myricae ;

pinifer illum etiam sola sub rupe jacentem

Maenalus et gelidi fleverunt saxa Lycaei. 15

Stant et oves circum (nostri nec paenitet illas,

nec te paeniteat pecoris, divine poeta:

et formosus oves ad flumina pavit Adonis).

Venit et upilio; tardi venere subulci ;

uvidus hiberna venit de glande Menalcas. 20


Quels bocages ou quels défilés vous ont retenues, jeunes

Naïades, lorsque Gallus périssait d’un amour inapproprié (= sans espoir) ?

Car, vous, ni les cimes du Parnasse, ni de fait aucune (ulla) <cime> du Pinde

ne vous ont apporté du retard, ni l’Aganippe d’Aonie.

Lui (= Gallus), même les lauriers, même les tamaris l’ont pleuré ;

lui, même le Ménale (Maenalus) couvert de pins, lui qui gisait sous un rocher solitaire,

ainsi que les rocs du Lycée glacé l’ont pleuré. 15

Autour de lui aussi les brebis se tiennent immobiles ( elles n’ont pas honte de nous, elles,

et n’aie pas honte du troupeau, divin poète :

le bel Adonis aussi (et) a fait paître ses brebis près des fleuves)

Le berger lui aussi (et) est venu ; les lents porchers sont venus ;

Il est venu, Ménalque , trempé par suite du gland d’hiver. 20


Omnes : « Unde amor iste » rogant « tibi? » Venit Apollo:

« Galle, quid insanis? » inquit. « Tua cura Lycoris

perque nives alium perque horrida castra secuta est. »

Venit et agresti capitis Silvanus honore,

florentes ferulas et grandia lilia quassans. 25

Pan deus Arcadiae venit, quem vidimus ipsi

sanguineis ebuli bacis minioque rubentem.

« Ecquis erit modus? » inquit. « Amor non talia curat ;

nec lacrimis crudelis Amor, nec gramina rivis,

nec cytiso saturantur apes, nec fronde capellae. » 30


Tous demandent : « D’où te <vient> ce triste amour ? » Apollon est venu :

« Gallus, pourquoi es-tu pris de folie ? », dit-il. « Lycoris, ta passion,

à travers les neiges et les camps rébarbatifs a suivi un autre homme. »

Il est aussi venu, Silvain, avec l’hommage rustique de sa tête,

secouant des tiges en fleurs et de grands lis. 25

Pan, le dieu d’Arcadie, est venu, <lui> que nous avons vu nous-mêmes

tout rouge à cause des baies sanglantes du sureau et du vermillon.

« Quelle limite y aura-t-il <à ta douleur> ? » dit-il. « Amour n’a cure de telles choses ;

ni cruel Amour, de tes larmes, ni les herbes, des ruisseaux,

ni les abeilles, de cytise ne sont rassasiés, ni les chevrettes, de feuillage. 30



« Traduction » de Paul Valéry :

Sois propice, Aréthuse, à ce dernier effort : 1

J’écrirai pour Gallus (comment lui refuser ?)

Quelques vers, mais qui soient aussi pour Lycoris.

Fais donc que rien d’amer ne se mêle à ton chant

Pas plus qu’aux flots marins l’onde pure du fleuve. 5

Commence, et de Gallus chantons le mal d’amour,

Près des buissons broutés par nos chèvres camuses.

Nous serons entendus : ces bois redisent tout.

Quels sites, quels bosquets vous retenaient, Naïades,

Quand Gallus se mourait d’une amour dédaignée ? 10

Car les cimes du Pinde ou celles du Parnasse

N’auraient dû vous garder, et ni l’onde Aganippe.

Bruyères et lauriers eux-mêmes le plaignaient.

Le Ménale aux grands pins, les rocs du froid Lycée

Le pleurèrent, gisant dans une solitude. 15

Ses brebis l’assistaient : n’en soyons pas choqués ;

Ne rougis pas de ton troupeau, divin poète :

Le charmant Adonis menait boire le sien.

Lors, vinrent les pasteurs, et plus tard, les porchers ;

Ménalque tout mouillé rentra de la glandée : 20

Tous demandent : « d’où vient cet amour ? » Apollon

Dit : « Gallus, es-tu fou ? Ta Lycoris chérie

Suit à la guerre, et par la neige, un autre amant. »

Sylvain, le chef orné d’une agreste parure,

Vient, brandissant des lys et des tiges en fleur, 25

Et nous vîmes surgir le Dieu de l’Arcadie,

Pan, tout rouge du sang vermeil des fruits de l’hièble :

« Comment guérirais-tu ? » dit-il. « L’amour cruel,

Comme les herbes d’eau, les chèvres de feuillage

Et l’abeille de fleurs, n’a jamais trop de larmes. » 30




Mots de liaisons


Adonis amour Apollon/Phoebus berger guerre malheur nature neige nymphe Pan

Valid XHTML 1.0!