Evandre - 437 449 Protée vaincu

           

437 449 Protée vaincu (Géorgiques 04, Virgile)

Format pdf : Texte au format PDF

Aristée contraint Protée à parler

Virgile : Géorgiques IV 437-449 : la capture de Protée par Aristée

(cf Homère, Odyssée IV, 349 sq )

Le berger Aristée, qui avait perdu ses essaims, s'est adressé à sa mère Cyrène, nymphe de Thessalie aimée par Apollon, pour connaître la cause de son malheur. Celle-ci lui conseille d'aller voir Protée, devin de Neptune, berger de phoques pacifique, mais qui peut prendre toutes les formes et donc, est particulièrement difficile à saisir et à interroger. Pour qu'il puisse l'interroger, elle lui conseille de le ligoter, afin de le contraindre à livrer ses secrets.


Cujus Aristaeo quoniam est oblata facultas, 437

vix defessa senem passus componere membra ,

cum clamore ruit magno, manicisque jacentem

occupat. Ille suae contra non immemor artis 440

omnia transformat sese in miracula rerum,

ignemque horribilemque feram fluviumque liquentem.

Verum ubi nulla fugam reperit fallacia, victus

in sese redit atque hominis tandem ore locutus :

"Nam quis te, juvenum confidentissime, nostras 445

jussit adire domos? Quidve hinc petis?" inquit. At ille:

"Scis, Proteu, scis ipse, neque est te fallere quicquam;

Sed tu desine velle. Deum praecepta secuti

venimus hinc lapsis quaesitum oracula rebus." 449


Notes :

437 cujus : "de le saisir"

441 miracula rerum : objets merveilleux, formes merveilleuses

445 nam quis=quisnam : qui donc (int.)

447 neque… est quicquam + inf. : il est impossible de;

448 velle fallere (s.e.)

449 lapsis rebus : pour mes biens ruinés


Vocabulaire par ordre de fréquence :

Fréquence 1

ars, artis, f. : art

at, conj. : mais

contra, adv : au contraire, en face ; prép+acc : contre

deus, i, m. : le dieu

domus, us, f. : maison ; domi : à la maison

fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter

fuga, ae, f. : la fuite

hinc, adv. : d'ici

homo, minis, m. : homme, humain

jaceo, es, ere, cui : être étendu, s'étendre

ignis, is, m. : feu

ille, illa, illud : adjectif : ce, cette(-là) ; pronom : celui-là, celle-là, cela.

in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

ipse, a, um : (moi, toi, lui,...) même

jubeo, es, ere, jussi, jussum : 1. inviter à, engager à 2. ordonner

juvenis, is, m. : jeune homme

labor, eris, i, lapsus sum : tomber

loquor, eris, i, locutus sum : parler

magnus, a, um : grand

nam, conj. : de fait, voyons, car

non, neg. : ne...pas

noster, tra, trum : adj. notre, nos ; pronom : le nôtre, les nôtres

nullus, a, um : aucun

omnis, e : tout

os, oris, n. : le visage, la bouche, l'entrée, l'ouverture

patior, eris, i, passus sum : supporter, souffrir, être victime de, être agressé par

peto, is, ere, ivi, itum : 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander

quaero, is, ere, sivi, situm : chercher, demander

qui, quae, quod, pr. rel : qui, que, quoi, dont, lequel...

quis, quae, quid : qui ? quoi ? après si, nisi, ne, num, quis est l'équivalent de aliquis (quelqu'un, quelque chose).

quisquam, quaequam, quidquam ou quic- : quelque, quelqu'un, quelque chose

quoniam, conj. : puisque; ici : au moment où (quom jam = cum jam), ou après que

redeo, is, ire, ii, itum : revenir

res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens

scio, is, ire, scivi, scitum : savoir

sed, conj. : mais

sequor, eris, i, secutus sum : 1. suivre 2. poursuivre 3. venir après 4. tomber en partage

sum, es, esse, fui : être ; en tête de phrase : il y a

suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur

tu, te, tui, tibi, te : tu, te, toi

ubi, adv. : où; conj. quand

venio, is, ire, veni, ventum : venir

verus, a, um : vrai

vinco, is, ere, vici, victum : vaincre

volo, vis, velle : vouloir



Fréquence 2

adeo, is, ire, ii, itum : aller à, vers

clamor, oris, m. : clameur, cri

compono, is, ere, posui, positum : mettre ensemble, disposer, enterrer (compositus, a, um : disposé, préparé; en bon ordre)

desino, is, ere, sii, situm : cesser

fallo, is, ere, fefelli, falsum : tromper, tendre un piège (falsus, a, um : faux)

fera, ae, f. : la bête sauvage

membrum, i, n. (généralement au plur) : membre, organe

occupo, as, are : se saisir de, envahir, remplir, devancer, couper (la parole)

reperio, is, ire, repperi, repertum : 1. retrouver 2. trouver (après recherche) 3. trouver du nouveau, imaginer

senex, senis, m. : vieillard

tandem, adv. : enfin

verum, conj. : vraiment, en vérité, mais

vix, adv. : à peine



Fréquence 3

artus, a, um : serré, étroit

ferus, a, um : sauvage, barbare

offero, fers, ferre, obtuli, oblatum : offrir, donner

passus, us, m. : pas (1, 479 m.)

praeceptum, i, n. : le précepte, la règle, la leçon

queo, is, ire, ii ou iui, itum : pouvoir

ruo, is, ere, rui, rutum : se précipiter, se ruer; tomber, s'écrouler



Fréquence 4

facultas, atis, f. : faculté, facilité



Ne pas apprendre

defessus, a, um : fatigué, lassé

fallacia, ae, f. : la tromperie, la fourberie, la ruse

fluvius, i, m. : courant, rivière

horribilis, e : horrible, effrayant

immemor, oris : oublieux

inquit, vb. inv. : dit-il, dit-elle

liquor, eris, i : être liquide, couler, fondre

manicae, arum, f. : menottes, chaînes

miraculum, i, n. : chose, spectacle étonnant

oraculum, i, n. : l'oracle, la parole d'un dieu, l'adage

sese, pron. : = se


Note mythologique (source Grimal : Dictionnaire de la mythologie, PUF)


Cyrène : nymphe de Thessalie (région du nord de la Grèce); fille du roi des Lapithes, et arrière petite fille de Gaia et de Poséïdon; aimée d'Apollon qui s'unit à elle en Lybie, et lui donne comme domaine le Pays de Cyrène (Cyrénaïque); engendre Aristée, qui fut élevé par les Heures et Gaia (d'autres légendes disent que ce fut par le centaure Chiron). D'après Virgile, réside sous le fleuve Pénée, dont elle est la petite fille.


Aristée : fut élevé par les Heures et Gaia , puis par les Muses; connaît l'art de la médecine, de la divination, de la laiterie, de l'élevage des abeilles, de la culture de la vigne, et les transmet aux hommes. Épousa la fille de Cadmos Autonoé, et eut comme fils Actéon. Honoré en Arcadie et en Lybie.


Cadmos : frère d'Europe et fondateur de Thèbes; époux de la nymphe Harmonie.


Protée : dieu de la mer; berger des troupeaux de Poséïdon (phoques et autres animaux marins); 2 séjours privilégiés : île de Pharos (Egypte), île de Palléné (Chalcidique : nord de la Grèce). Pouvoirs : se métamorphose en tout être vivant, ou en élément (eau, feu); don de prophétie. Dieu pacifique, il refuse de répondre aux questions des mortels en se transformant pour leur échapper; s'il n'y réussit pas, vaincu, il leur répond. Mais, selon d'autres traditions, Protée serait un roi égyptien…



Traduction au plus près du texte :

Au moment où fut offerte à Aristée la possibilité de ceci

Ayant supporté (= attendu) avec peine que le vieillard installe ses membres las,

Avec un grand cri il s'élance, et, avec des chaînes, s'empare de lui qui était allongé.

Mais lui, en sens contraire, loin d'oublier son art,

Se transforme en toutes sortes de formes merveilleuses,

En feu, en bête terrifiante, et en fleuve liquide.

Mais lorsqu' aucune ruse n'a découvert d'issue, vaincu

Il revient en lui-même et, parlant par sa bouche humaine :

"Qui donc, toi , le plus effronté des jeunes hommes, t'a ordonné

de pénétrer dans nos séjours? Et à partir de là, que réclames-tu? " dit-il. Mais l'autre :

" tu le sais, Protée, tu le sais toi-même, et il est impossible de te tromper;

Mais cesse, toi, de vouloir me tromper. C'est en ayant suivi les préceptes des dieux que

Nous sommes venus consulter ici les oracles pour nos biens ruinés."



Proposition de traduction plus élaborée :

Au moment où l'occasion lui en fut offerte, Aristée

a du mal à attendre que le vieillard allonge ses membres fatigués;

Il s'élance à grand cri, et le lie, tout gisant.

Mais lui, de son côté, loin d'oublier son art,

Se mue en toutes sortes d'objets merveilleux,

En feu, en terrifiante bête, en fleuve insaisissable.

Mais lorsqu' aucune ruse n'a procuré la fuite, vaincu,

Il revient à sa forme initiale, et, parlant par sa bouche humaine, il dit :

"Qui donc t'a ordonné, espèce d'effronté,

d' aborder nos séjours? Et qu'en veux-tu tirer?" Mais lui :

" Tu le sais bien, Protée, tu le sais par toi-même, et il est impossible de te tromper!

Mais toi, cesse de vouloir m'abuser. C'est d'après les instructions des dieux

Que nous sommes venus consulter ici les oracles, pour nos biens qui chancellent."





Mots de liaisons


apparence bravoure oracle Protée

Valid XHTML 1.0!