Evandre - 22a 22c Les poètes sont-ils savants?

           

22a 22c Les poètes sont-ils savants? (Apologie de Socrate, Platon)

Format pdf : Texte au format PDF

Apologie22a22c

Les poètes sont-ils savants?


Δεῖ δὴ ὑμῖν τὴν ἐμὴν πλάνην ἐπιδεῖξαι, ὥσπερ πόνους τινὰς πονοῦντος, ἵνα μοι καὶ ἀνέλεγκτος ἡ μαντεία γένοιτο.

Μετὰ γὰρ τοὺς πολιτικοὺς ᾖα ἐπὶ τοὺς ποιητάς, τοὺς τε τῶν τραγῳδιῶν, καὶ τοὺς τῶν διθυράμβων, καὶ τοὺς ἄλλους, ὡς ἐνταῦθα ἐπ ΄ αὐτοφώρῳ καταληψόμενος ἐμαυτὸν ἀμαθέστερον ἐκείνων ὄντα. Ἀναλαμβάνων οὖν αὐτῶν τὰ ποιήματα, ἅ μοι ἐδόκει μάλιστα πεπραγματεῦσθαι αὐτοῖς, διηρώτων ἂν αὐτοὺς τί λέγοιεν, ἵν ΄ ἅμα τι καὶ μανθάνοιμι παρ ΄ αὐτῶν. Αἰσχύνομαι οὖν ὑμῖν εἰπεῖν, ὦ ἄνδρες, τἀληθῆ· ὅμως δὲ ῥητέον. Ὡς ἔπος γὰρ εἰπεῖν, ὀλίγου αὐτῶν ἅπαντες οἱ παρόντες ἂν βέλτιον ἔλεγον περὶ ὧν αὐτοὶ ἐπεποιήκεσαν. Ἔγνων οὖν αὖ καὶ περὶ τῶν ποιητῶν ἐν ὀλίγῳ τοῦτο, ὅτι οὐ σοφίᾳ ποιοῖεν ἃ ποιοῖεν, ἀλλὰ φύσει τινὶ καὶ ἐνθουσιάζοντες ὥσπερ οἱ θεομάντεις καὶ οἱ χρησμῳδοί· καὶ γὰρ οὗτοι λέγουσι μὲν πολλὰ καὶ καλά, ἴσασι δὲ οὐδὲν ὧν λέγουσι. Τοιοῦτόν τί μοι ἐφάνησαν πάθος καὶ οἱ ποιηταὶ πεπονθότες. Καὶ ἅμα ᾐσθόμην αὐτῶν διὰ τὴν ποίησιν οἰομένων καὶ τἄλλα σοφωτάτων εἶναι ἀνθρώπων, ἅ οὐκ ἦσαν. Ἀπῇα οὖν καὶ ἐντεῦθεν, τῷ αὐτῳ οἰόμενος περιγεγονέναι ᾧπερ καὶ τῶν πολιτικῶν.


Vocabulaire dans l'ordre du texte :

πλάνη, ης (ἡ) : l'errance

ἐπι-δείκνυμι : montrer, prouver, démontrer

πόνος, ου (ὁ) : la peine, le travail (terme employé couramment pour les 12 travaux d'Héraclès)

πονέω,ῶ : souffrir, supporter (le participe au génitif est à déduire du possessif ἐμὴν)

ἀν-έλεγκτος, ος, ον : ir-réfutable

μαντεία (ἡ) : la prédiction, l'oracle

πολιτικός,ή,όν : politique

ποιητής, οῦ (ὁ) : le poète

τραγῳδία,ας (ἡ) : la tragédie

διθύραμβος,ου (ὁ) : le dithyrambe (chant inspiré et enthousiaste en l'honneur de Dionysos)

αὐτόφωρος,ος,ον : sur le fait ( ἐπ ΄ αὐτοφώρῳ λαμβάνειν : prendre sur le fait)

κατα-λαμβάνω (λήψομαι, ἔλαβον, εἴληφα) : prendre, saisir

ἀ-μαθής,ής,ές : i-gnorant (- έστερος,α,ον : comparatif des adjectifs en -ής,ής,ές )

ἐκεῖνος,η,ο : lui, celui-là (éloigné,laudatif)

ἀνα-λαμβάνω (λήψομαι, ἔλαβον, εἴληφα) : prendre avec soi, reprendre

ποίημα, ατος (τό) : poème, ouvrage poétique

πραγματεύομαι : se donner de la peine, travailler

δι-ερωτάω,ῶ (διηρώτων : imparfait!) interroger précisément

ἅμα : en même temps

μανθάνω (μαθήσομαι, ἔμαθον, μεμάθηκα) : apprendre

παρά +Γ : d'auprès de , de la part de

αἰσχύνομαι : j'ai honte de, je rougis de

ὡς ἔπος εἰπεῖν : pour ainsi dire

γάρ : car, en effet

ὀλίγου : peu, un peu

βέλτιων,ων,ον : meilleur

ποιέω,ῶ : faire

αὖ : de nouveau

ἐν ὀλίγῳ : en peu de temps

τοῦτο... ὅτι : ceci… à savoir que

σοφία,ας (ἡ) : savoir, science, sagesse

φύσις,εως (ἡ) : la nature

ἐνθουσιάζω : être inspiré

θεομάντις , εως (ὁ) : le prophète, le devin officiel

χρησμῳδός,οῦ (ὁ) : le devin "privé"

φαίνομαι ( φαινήσομαι, ἐφάνην, πέφασμαι ) : paraître, apparaître (μοι φαίνεται: il m'apparaît … que)

πάθος, ους (τό) : l'impression, le sentiment, la douleur

αἰσθάνομαι (αἰσθήσομαι, ᾐσθόμην, ἤσθημαι) : percevoir, s'apercevoir, comprendre

ποίησις,εως (ἡ) : la poésie

ἄπ-ειμι : s'en aller (vient de εἶμι ici)

περι-γίγνομαι +Γ : l'emporter sur, être supérieur à


Vocabulaire par ordre de fréquence :

Fréquence 1 :

ἅμα : en même temps

αὖ : de nouveau, en sens inverse

βέλτιων,ων,ον : meilleur

γάρ : car, en effet

ἐκεῖνος,η,ο : lui, celui-là (éloigné,laudatif)

ἐπι-δείκνυμι : montrer, prouver, démontrer

μανθάνω (μαθήσομαι, ἔμαθον, μεμάθηκα) : apprendre

ὀλίγου : peu, un peu, ἐν ὀλίγῳ : en peu de temps

ὅτι : τοῦτο... ὅτι : ceci… à savoir que

παρά +Γ : d'auprès de , de la part de

ποιέω,ῶ : faire

πόνος, ου (ὁ) : la peine, le travail (terme employé couramment pour les 12 travaux d'Héraclès)

φαίνομαι ( φαινήσομαι, ἐφάνην, πέφασμαι ) : paraître, apparaître (μοι φαίνεται: il m'apparaît … que)

φύσις,εως (ἡ) : la nature

ὡς ἔπος εἰπεῖν : pour ainsi dire

fréquence 2 :

αἰσθάνομαι (αἰσθήσομαι, ᾐσθόμην, ἤσθημαι) : percevoir, s'apercevoir, comprendre

αἰσχύνομαι : j'ai honte de, je rougis de

ἄπ-ειμι : s'en aller (vient de εἶμι ici)

κατα-λαμβάνω (λήψομαι, ἔλαβον, εἴληφα) : prendre, saisir

πάθος, ους (τό) : l'impression, le sentiment, la douleur

fréquence 3 :

περι-γίγνομαι +Γ : l'emporter sur, être supérieur à

πονέω,ῶ : souffrir, supporter (le participe au génitif est à déduire du possessif ἐμὴν)

σοφία,ας (ἡ) : savoir, science, sagesse

fréquence 4 :

ποιητής, οῦ (ὁ) : le poète

πολιτικός,ή,όν : politique

ne pas apprendre :

ἀ-μαθής,ής,ές : i-gnorant (- έστερος,α,ον : comparatif des adjectifs en -ής,ής,ές )

ἀνα-λαμβάνω (λήψομαι, ἔλαβον, εἴληφα) : prendre avec soi, reprendre

ἀν-έλεγκτος, ος, ον : ir-réfutable

αὐτόφωρος,ος,ον : sur le fait ( ἐπ ΄ αὐτοφώρῳ λαμβάνειν : prendre sur le fait)

δι-ερωτάω,ῶ (διηρώτων : imparfait!) interroger précisément

διθύραμβος,ου (ὁ) : le dithyrambe (chant inspiré et enthousiaste en l'honneur de Dionysos)

ἐνθουσιάζω : être inspiré

θεομάντις , εως (ὁ) : le prophète, le devin officiel

μαντεία (ἡ) : la prédiction, l'oracle

πλάνη, ης (ἡ) : l'errance

ποίησις,εως (ἡ) : la poésie

πραγματεύομαι : se donner de la peine, travailler

ποίημα, ατος (τό) : poème, ouvrage poétique

τραγῳδία,ας (ἡ) : la tragédie

χρησμῳδός,οῦ (ὁ) : le devin "privé"

Apologie22a22c

Les poètes sont-ils savants?


Δεῖ δὴ ὑμῖν τὴν ἐμὴν πλάνην ἐπιδεῖξαι, ὥσπερ πόνους τινὰς πονοῦντος, ἵνα μοι καὶ ἀνέλεγκτος ἡ μαντεία γένοιτο.

Μετὰ γὰρ τοὺς πολιτικοὺς ᾖα ἐπὶ τοὺς ποιητάς, τοὺς τε τῶν τραγῳδιῶν, καὶ τοὺς τῶν διθυράμβων, καὶ τοὺς ἄλλους, ὡς ἐνταῦθα ἐπ ΄ αὐτοφώρῳ καταληψόμενος ἐμαυτὸν ἀμαθέστερον ἐκείνων ὄντα. Ἀναλαμβάνων οὖν αὐτῶν τὰ ποιήματα, ἅ μοι ἐδόκει μάλιστα πεπραγματεῦσθαι αὐτοῖς, διηρώτων ἂν αὐτοὺς τί λέγοιεν, ἵν ΄ ἅμα τι καὶ μανθάνοιμι παρ ΄ αὐτῶν. Αἰσχύνομαι οὖν ὑμῖν εἰπεῖν, ὦ ἄνδρες, τἀληθῆ· ὅμως δὲ ῥητέον. Ὡς ἔπος γὰρ εἰπεῖν, ὀλίγου αὐτῶν ἅπαντες οἱ παρόντες ἂν βέλτιον ἔλεγον περὶ ὧν αὐτοὶ ἐπεποιήκεσαν. Ἔγνων οὖν αὖ καὶ περὶ τῶν ποιητῶν ἐν ὀλίγῳ τοῦτο, ὅτι οὐ σοφίᾳ ποιοῖεν ἃ ποιοῖεν, ἀλλὰ φύσει τινὶ καὶ ἐνθουσιάζοντες ὥσπερ οἱ θεομάντεις καὶ οἱ χρησμῳδοί· καὶ γὰρ οὗτοι λέγουσι μὲν πολλὰ καὶ καλά, ἴσασι δὲ οὐδὲν ὧν λέγουσι. Τοιοῦτόν τί μοι ἐφάνησαν πάθος καὶ οἱ ποιηταὶ πεπονθότες. Καὶ ἅμα ᾐσθόμην αὐτῶν διὰ τὴν ποίησιν οἰομένων καὶ τἄλλα σοφωτάτων εἶναι ἀνθρώπων, ἅ οὐκ ἦσαν. Ἀπῇα οὖν καὶ ἐντεῦθεν, τῷ αὐτῳ οἰόμενος περιγεγονέναι ᾧπερ καὶ τῶν πολιτικῶν.


Traduction au plus près du texte :


Il faut donc vous montrer mon errance, comme <celle de quelqu'un qui> se démène pour réaliser certains "travaux", afin que que, pour moi aussi, l'oracle devienne irréfutable.

En effet, après les politiques, j'allais vers les poètes, ceux des tragédies, ceux des dithyrambes, et les autres, dans l'idée que là, je me prendrai moi-même sur le fait comme étant plus ignorant qu'eux. Prenant donc avec moi leurs poèmes, ceux qui, à mon avis, avaient été les mieux travaillés par ceux-là, je les interrogeais précisément sur ce qu'ils voulaient dire, afin d'apprendre en même temps quelque chose également auprès d'eux. Oui, j'ai honte de vous dire, messieurs, ce qui est vrai; et pourtant, il faut le dire. En effet, pour ainsi dire, tous ceux qui étaient là auraient presque pu mieux parler (potentiel du passé) à leur sujet qu'eux-mêmes <qui> les avaient composés. Je reconnus donc encore une fois à propos des poètes en peu de temps ceci, à savoir qu'ils ne faisaient pas ce qu'ils faisaient par science, mais par une sorte de disposition naturelle et en étant inspirés comme les prophètes et les devins; car c'est un fait que ces gens-là disent certes de nombreuses et belles choses, mais ne savent rien des choses qu'ils disent. Les poètes, eux aussi, m'apparurent éprouver quelque état de ce genre. Et en même temps je m'aperçus qu'ils croyaient à cause de la poésie être les plus savants des hommes quant aux autres choses aussi, pour lesquelles ils ne l'étaient pas. Je m'écartais donc aussi de là, en croyant l'emporter sur eux de la même façon justement que je l'emportais aussi sur les politiques.

Valid XHTML 1.0!