Evandre - 077 123 Consultation de la Sibylle

           

077 123 Consultation de la Sibylle (Enéide chant 06, Virgile)

Format pdf : Texte au format PDF

Prophétesse, et auxiliaire d'Enée

Chant VI : vers 77-123

La transe prophétique de la Sybille

At, Phoebi nondum patiens, immanis in antro 77

bacchatur vates, magnum si pectore possit

excussisse deum; tanto magis ille fatigat

os rabidum, fera corda domans, fingitque premendo. 80

Ostia jamque domus patuere ingentia centum

sponte sua vatisque ferunt responsa per auras:

"O tandem magnis pelagi defuncte periclis !

sed terrae graviora manent; in regna Lavini

Dardanidae venient (mitte hanc de pectore curam), 85

sed non et venisse volent. Bella, horrida bella,

et Thybrim multo spumantem sanguine cerno.

Non Simois tibi nec Xanthus nec Dorica castra

defuerint; alius Latio jam partus Achilles,

natus et ipse dea; nec Teucris addita Juno 90

usquam aberit : cum tu, supplex in rebus egenis,

quas gentes Italum aut quas non oraveris urbes!

Causa mali tanti conjunx iterum hospita Teucris

externique iterum thalami.

Tu ne cede malis, sed contra audentior ito, 95

quam tua te Fortuna sinet: via prima salutis,

quod minime reris, Graia pandetur ab urbe."

Talibus ex adyto dictis Cumaea Sibylla

horrendas canit ambages antroque remugit,

obscuris vera involvens: ea frena furenti 100

concutit et stimulos sub pectore vertit Apollo.

Ut primum cessit furor et rabida ora quierunt,

incipit Aeneas heros: "Non ulla laborum,

o virgo, nova mi facies inopinave surgit;

omnia praecepi atque animo mecum ante peregi. 105

Unum oro: quando hic inferni janua regis

dicitur et tenebrosa palus Acheronte refuso,

ire ad conspectum cari genitoris et ora

contingat; doceas iter et sacra ostia pandas.

Illum ego per flammas et mille sequentia tela 110

eripui his umeris medioque ex hoste recepi;

ille meum comitatus iter maria omnia mecum

atque omnes pelagique minas caelique ferebat,

invalidus, vires ultra sortemque senectae.

Quin, ut te supplex peterem et tua limina adirem, 115

idem orans mandata dabat. Gnatique patrisque,

alma, precor, miserere : potes namque omnia, nec te

nequiquam lucis Hecate praefecit Avernis,

si potuit Manes accersere conjugis Orpheus

Threicia fretus cithara fidibusque canoris, 120

si fratrem Pollux alterna morte redemit

itque reditque viam totiens… Quid Thesea, magnum

quid memorem Alciden? et mi genus ab Jove summo." 123


Vocabulaire dans l'ordre du texte:


bacchor,aris,ari : délirer sous l'empire de Bacchus, prophétiser en transe

si : pour le cas où

excutio,is,ire,excussi,excussum : secouer

fatigo,as,are : tourmenter

rabidus,a,um : enragé, écumant

domo,as,are,domui,domptum : dompter, maîtriser

fingo,is,ere,finxi,fictum : dresser

defungor,eris,i,functus sum : s'acquitter de (+abl)

pelagus,i : la mer

Lavinium,ii ou i : Lavinium (future ville fondée par Enée)

Dardanidus,a,um : dardanide, fils de Dardanos, troyen

Thybris,is : le Tibre (forme grecque)

spumo,as,are : écumer, jeter de l'écume

Simois,is : rivière proche de Troie

Xanthus,i : le Xanthe, fleuve troyen qu'Homère appelle plutôt le Scamandre

Doricus,a,um : dorien, grec

Latium,ii : le Latium (datif , ici)

pario,is,ere,peperi,partum : engendrer

natus + abl : né de

addo,is,ere,didi,ditum : ajouter, placer vers, attacher à

hospita,ae : qui donne l'hospitalité, hospitalière (adj tjrs au féminin accordé à Lavinia, s e)

Teucrus,a,um : troyen

externus,a,um : étranger

cum = et tum : et alors, alors aussi

egenus,a,um : privé de, nécessiteux, désespéré

Itali,orum ou um : les Italiens

audens,entis : audacieux, courageux

sino,is,ere,sivi,situm : permettre, laisser

reor,reris,reri,ratus sum : croire, imaginer

Graius,a,um : grec (il s'agit de la ville d'Evandre, Pallantée)

pando,is,ere,pandi,passum : ouvrir ( une voie), dévoiler

adytus,i : le sanctuaire

ambages,um : les détours

remugio,is, ire : gronder en retour, répondre en mugissant

antrum,i : la grotte, la caverne (antro = in antro)

in-volvo,is,ere volvi,volutum : envelopper, enrouler dans un voile

frenum,i : le frein, le mors (la Sybille est comparée à un cheval guidé par Phoebus-Apollon)

stimulus,i : l'aiguillon (stimulum vertere : retourner l'aiguillon)

mi = mihi

facies,ei : l'aspect

oro,as,are : prier, demander en priant

quando : puisque (toujours causal chez Virgile)

hic : i long: adverbe: ici

palus,udis,f : le marais, le marécage

refundo,is,ere,fudi,fusum : se répandre en arrière, ou de nouveau; faire résurgence, remonter

ostium,ii : la porte

recipio,is,ere,cepi,ceptum : retirer, sauver

comitor,aris,ari ,atus sum : accompagner

ultra + acc : au-delà de

mandata dare ut : confier le soin de, donner la mission de

gnatus = filius

Hecate,es : Hécate (souvent confondue avec Diane, déesse des carrefours -Trivia-)

lucus,i : le bois sacré

nequiquam : en vain

Threicius,a,um : de Thrace, Thrace

fides,fidium : la lyre

canorus,a,um : chantante, harmonieuse

redimo,is,ere,emi,emptum : racheter

alternus,a,um : alterné, à tour de rôle (ablatif de prix : morte)

memoro,as,are,avi,atum : rappeler, mentionner

Alcides, acc grec Alciden : Alcide-Héraclès


Traduction au plus près du texte : v77-123

La transe prophétique de la Sybille


Mais, n’endurant pas encore Phébus, effrayante dans la grotte 77

se déchaîne la prophétesse, pour le cas où elle pourrait

chasser violemment de sa poitrine le grand dieu : d’autant plus celui-là fatigue

sa bouche écumante, domptant son cœur farouche, et il la dresse en lui serrant la bride ; 80

et déjà les cent portes de la demeure se sont ouvertes , immenses,

de leur propre mouvement, et elles apportent les réponses de la prophétesse à travers les airs :

«  O toi qui t’es acquitté, finalement, des grandes épreuves de la haute mer !

Mais celles de la terre, plus pénibles, demeurent. Dans le royaume de Lavinium,

les descendants de Dardanus arriveront (chasse ce souci de ta poitrine) 85

mais ils ne voudront pas, en plus <y> être arrivés. <Ce sont> des guerres, des guerres terrifiantes,

et le Tibre écumant à cause d’une grande quantité de sang <que> je distingue.

Ni le Simoïs, ne le Xanthe, ni le camp dorien

ne t’auront manqué, un autre Achille, dans le Latium, a déjà été engendré,

né lui aussi d’une déesse, et nulle part Junon, acharnée contre les Troyens, 90

ne sera absente : alors (cum = tum, ici), toi, en suppliant dans des affaires désespérées,

quelles nations et quelles villes des Italiens n’auras-tu pas priées !

La cause d’un si grand malheur, c’est, pour la seconde fois, une épouse, accueillante pour les Troyens,

et un mariage, pour la seconde fois, étranger (pluriel poétique)

<Mais> toi, ne t’abandonne pas aux malheurs, mais , au contraire, va avec plus d’audace 95

que ton sort ne te le permet : la première voie de salut,

ce que tu ne t’imagines pas du tout, sera ouverte par une ville grecque. »

Par de telles paroles <prononcées> depuis son sanctuaire, la Sibylle de Cumes

chante des énigmes terrifiantes et fait retentir la grotte,

enveloppant par des choses obscures des choses vraies : Apollon secoue ces rênes 100

sur elle en proie au délire inspiré, et il retourne l’aiguillon au fond de sa poitrine.

Dès que cessa le délire inspiré et que la bouche écumante s’apaisa,

le héros Enée commence : « Aucun aspect de ces épreuves,

vierge, ne surgit nouveau pour moi, ou inattendu :

j’ai tout conçu à l’avance, et j’ai tout parcouru par ma pensée en moi-même auparavant. 105

Je ne demande qu’une chose, puisqu’on dit qu’ici <se trouvent> les portes du roi des enfers

et le marécage ténébreux <formé> par l’Achéron qui reflue,

Qu’il m’arrive par chance d’aller vers le regard et le visage de mon père bien-aimé ;

Enseigne-moi le chemin et dévoile les voies sacrées.

Lui <= mon père>, moi, <c’est> à travers les flammes et mille javelots qui nous poursuivaient 110

<que> je l’ai arraché et que je l’ai retiré, sur ces épaules-ci, du milieu des ennemis ;

lui, ayant accompagné mon voyage, il supportait avec moi toutes les mers,

et toutes les menaces du grand large et du ciel,

faible, au-delà de ses forces et de sa condition de vieillard.

Bien plus, le même homme, en priant, essayait de me donner mission 116

de chercher à t’atteindre en tant que suppliant, et d’arriver à ton seuil. Du fils comme du père, 115

ô vénérable, je t’en prie, prends pitié (car tu peux tout, et ce

n’est pas en vain qu’Hécate t’a mise à la tête des bois sacrés de l’Averne),

s’il est vrai qu’Orphée a pu faire venir les Mânes de son épouse,

confiant en sa cithare thrace et en sa lyre harmonieuse, 120

s’il est vrai que Pollux, grâce à une mort <subie> tour à tour, a racheté son frère,

et parcourt, aller-retour, cette route si souvent. Pourquoi citerais-je Thésée,

pourquoi citerais-je le grand Hercule ? La race qui vient (ab) du très haut Jupiter est aussi la mienne.



Mots de liaisons


Achille Apollon/Phoebus Artémis Diane Hécate comparaison homérique épreuve feu guerre Héra/Junon Héraclès/Hercule/Alcide Latium Orphée piété et pietas Sibylle Styx Thésée Tibre Troie

Valid XHTML 1.0!